AUTREMENT MAIS SÛREMENT

Mordre et ne jamais lâcher

Maux du coeur ❤️

Cette année qui vient de s’écouler a été psychologiquement difficile.

Le fait des restrictions sanitaires a énormément freiné mes entraînements tant en individuel qu’en groupe.

Ma santé exige de moi une extrême prudence dans mon comportement face au COVID, mais aussi une importante assiduité aux entraînements pour que mon corps ne se relâche pas.

 

Ce corps qui me fait tant souffrir, de jour comme de nuit. Si je l’abandonne dans son combat durant quelques jours, il me le fait payer au centuple quand je reprends l'entraînement. Là est l’une de mes plus grandes peines, devoir souffrir encore et toujours, devoir me faire violence juste pour pouvoir faire un millième de ce que j’aime. De pouvoir accéder au bonheur de toucher un rêve du bout de mes pieds.

 

Mais voilà, il y a quelques semaines, je me suis pas senti mal. Ma poitrine me serait et je me suis retrouvé projeté trois ans en arrière. On prend les mêmes et on recommence. Un passage à l’hôpital de Rennaz, où l’on découvre une anomalie sur mon scanner au niveau des réparations effectuées il y a trois ans sur mon aorte. Et de là, s’en suit un transfert au CHUV à Lausanne, pour une surveillance en soins continus pendant plusieurs jours, rempli d’une batterie d’examens.

 

Le professeur qui m’a opéré il y a trois ans m’assure que ce n’est pas parce que j’ai fait quelque chose de faux que je suis à nouveau ici. Il me dit simplement et clairement, que mon cœur est fragile, que personne n’y peut rien. Et que la surveillance doit être plus rigoureuse, afin de surveiller la nouvelle déchirure au-dessus de la jonction de l’aorte artificielle posée à l’époque en extrême urgence.

 

A l’intérieur de moi, l’organe principal qui me sert à vivre, se dégrade tous les jours un peu plus. Et tant que ma santé ne sera pas en danger de mort, tant que cela ne sera pas vital, aucune intervention ne sera prévue. Mais pourtant mon cœur se meurt petit à petit.

Vous vous rendez compte ? Une intervention à cœur ouvert, encore. Je pense que c’est la chose qui me terrifie le plus.

 

Je n’ai pas besoin d’arrêter tout ce que je fais, il faut que je le fasse simplement plus calmement. Un peu moins d’effort, certes, mais faire les choses CAL-ME-MENT. Voici le mot d’ordre pour ces prochains temps. Du moins jusqu’à mon prochain rendez-vous de contrôle.

 

Je vis depuis trois ans, des problèmes de santé tous plus incroyables les uns que les autres. Mon corps a subi un tel choc durant mon intervention en urgence il y a trois ans, qu’il a été clairement dit que physiquement, je ne serai plus jamais le même, je n’aurai plus jamais la même endurance, la même résistance. Les douleurs permanentes, la fatigue qui peut me tomber dessus à n’importe quel moment, m’obligeant à arrêter ce que je fais sur le champ. Ma vie est si difficile.

 

Un tremblement de terre psychologique aussi. Se battre contre un corps qui n’en fait qu’à sa tête. Recommencer à zéro des dizaines de fois. Reprendre où j’en étais resté avant chaque problème de santé qui m’a obligé à m’arrêter. Tout cela est épuisant, usant.

 

Je ne suis pas toujours optimiste sur le fait que dans certaines situations nous puissions toujours placer les mots CHANCE et VIE ensemble. Oui je suis sincère. Je suis ici et je vis. Mais parfois la vie est si difficile, que je ne pense pas que ce soit une chance. Même si la vie est une chance, il faut savoir qu’elle peut être extrêmement lourde à porter.

 

Pourtant chaque matin je me lève, j’essaie de faire le bien autour de moi, d’apporter du bonheur aux gens qui n’en n’ont pas. J’essaie d’améliorer un peu mon monde. Et même si je me plie, je ne me casse pas. Je me redresse toujours, bien qu’à chaque fois un peu plus fragile. Mais je me redresse et je vais faire tout ce qui est en mon pouvoir pour toucher mes rêves du bout de mes pieds qui me portent chaque jour vaillamment.

 

Alors croisons les doigts, car peu importe le temps que cela prendra, je ne suis pas près d’abandonner.

 

Mon cœur me portera là il le voudra.

 

 

Prenez soins de vous......